Blablacar : comment ils nous ont volé le covoiturage

Article initialement publié le 8 mai 2015.

On ne présente plus le site de covoiturage Blablacar. Adopté à la fois par les jeunes précaires, les travailleurs dynamiques et les bobos écolos, la « start-up innovante » a l’économie collaborative florissante et enjouée. Avec dix millions de membres, 95 % de parts de marché et des trophées en veux-tu en voilà, l’entreprise novatrice et progressiste a réussi le pari de la « croissance verte », nouvelle lubie de notre gôche écolo-libérale. Ces « écotartufes », comme on les moque pas si gentiment au canard « La Décroissance », applaudissent à tout rompre : vive l’économie du partage, le lien social, l’écologie ! Derrière Blablacar pourtant, un fonds d’investissement pas du tout solidaire et prêt à tout pour faire raquer un peu plus l’utilisateur, des règles sécuritaires contraignantes qui ne laissent plus aucune place à la confiance entre les membres et des conducteurs qui, eux-mêmes, ont fait foin de l’esprit communautaire de base de la structure pour mieux renouer avec le tout-profit. Au royaume de l’économie collaborative de Blablacar, l’argent est resté roi.

Lire la suite sur Le Comptoir.

Publicités